Cancer de la peau : la cellule à l’origine des cancers influence la transition épithelio-mésenchymateuse
24/11/2016

Dans une nouvelle étude parue dans la prestigieuse revue Cell Stem Cell, des chercheurs de l’équipe du Docteur Cédric Blanpain, chercheur WELBIO à l’Université libre de Bruxelles (ULB), Interdisciplinary Research Institute (IRIBHM), ont démontré pour la première fois, que la cellule à l’origine des cancers influence la transition épithelio-mésenchymateuse dans le carcinome spinocellulaire cutané, le second cancer de la peau le plus fréquent.

La transition épithélio-mésenchymateuse est un processus dans lequel les cellules tumorales perdent leurs caractéristiques épithéliales telle que l’adhésion intercellulaire et acquièrent des caractéristiques de cellules mésenchymateuses, plus invasives, avec des propriétés migratoires importantes. Cet état mésenchymateux est associé au développement des métastases et à la résistance aux traitements. La raison pour laquelle certaines tumeurs effectuent cette transition épithélio-mésenchymateuse et d’autres pas, pourrait être le reflet de leur cellule d’origine. Cette possibilité n’avait jusqu’ici jamais été étudiée.

Mathilde Latil et ses collègues ont utilisé des modèles génétiques murins permettant de marquer la cellule à l’origine de ce type de cancer et d’induire les mutations oncogéniques dans différents compartiments de l’épiderme. Les cancers cutanés qui se développent à partir de l’épiderme inter-folliculaire, les cellules qui forment la barrière cutanée, induisent des cancers épithéliaux bien différenciés et peu invasifs. En revanche et de manière surprenante, les tumeurs se développant à partir du follicule pileux effectuent une transition épithélio-mésenchymateuse qui les rend très invasives. Ces données démontrent pour la première fois que certaines cellules au sein d’un tissu peuvent donner des cancers beaucoup plus agressifs et conduisant à l’apparition de métastases alors que d’autres cellules conduiront à des cancers moins invasifs et répondant mieux aux traitements, montrant bien l’importance de l’origine des cancers dans leur développement futur et leur agressivité.

Pour comprendre les mécanismes par lesquels la cellule à l’origine des cancers contrôle cette transition épithélio-mésenchymateuse, Mathilde Latil et ses collègues ont étudié les modifications épigénétiques (modifications de l’ADN permettant à un gène d’être exprimé ou pas) ainsi que de l’expression des gènes eux-mêmes dans la cellule à l’origine des cancers et des tumeurs qui en découlent. Ils ont découvert que l’expression des gènes et les caractéristiques épigénétiques de la cellule à l’origine orientaient les cellules à se développer soit en tumeurs bien différenciées, soit en tumeurs invasives caractérisées par une transition épithélio-mésenchymateuses, soulignant ainsi l’importance de la cellule à l’origine dans le contrôle de cette transition. “C’était très surprenant et fascinant de se rendre compte pour la première fois, qu’avant même le développement des tumeurs, les caractéristiques moléculaires de leur cellule d’origine orienteraient à ce point leur devenir et leur agressivité.» déclare Mathilde Latil, la première auteure de cette étude.

Cette étude a également permis d’identifier le réseau génétique qui contrôle l’initiation et l’hétérogénéité tumorale. « En combinant le profil épigénétique et de l’expression des gènes, nous pouvons désormais pour chacun des gènes, définir quelles sont les régions de l’ADN auxquelles les facteurs de transcription (molécule permettant à un gène de s’exprimer) se lient, et qui régulent l’expression de chacun des gènes dans une cellule tumorale. L’identification de ces réseaux génétiques qui contrôlent les différentes caractéristiques tumorales est primordiale pour développer de nouvelles stratégies qui permettront de bloquer le développement des cancers et la transition épithélio-mésenchymateuse, ce qui permettrait d’améliorer la réponse des cancers aux traitements et de diminuer l’apparition de métastases » explique le Pr Cédric Blanpain, le dernier auteur de cette étude parue dans Cell Stem Cell.

 

Mathilde Latil, et al., Cell type-specific chromatin states differentially prime squamous cell carcinoma tumor-initiating cells for epithelial to mesenchymal transition, Cell Stem Cell, (2016) DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.stem.2016.10.018


Dernière mise à jour : 24/11/2016 - Vie privée - Version imprimable -  © 2019 WELBIO

Accueil Identification