Une nouvelle enzyme de réparation métabolique pour hydrolyser une forme abîmée de glutathion
24/04/2017

Dans un récent article publié dans la revue PNAS, le Professeur Emile Van Schaftingen (investigateur WELBIO à l’Université Catholique de Louvain (UCL)), Alessio Perracchi et Maria Veiga-da-Cunha montrent que la protéine très conservée que possèdent la plupart des eucaryotes, Nit1 (Nitrilase-like protein 1) et la protéine correspondante de la levure servent à hydrolyser une forme abîmée de glutathion, l’antioxydant principal de nos cellules.

 

Cette forme abimée est désaminée et elle résulte de l’action lente et non spécifique de toute une série de transaminases intracellulaires. L’importance de cette enzyme hydrolysant le glutathion désaminé est soulignée par le fait que de nombreuses bactéries possédant du glutathion ont également ce type d’activité enzymatique. Son rôle est très vraisemblablement de permettre de récupérer la cystéine contenue dans le glutathion désaminé, et ainsi de ne pas perdre cet acide aminé, parce qu’étant soufré, il est très précieux.

 

Ce travail souligne aussi l’importance de la réparation métabolique, dont plusieurs exemples ont été découverts par le groupe d’E. Van Schaftingen.

 

Référence : Perracchi A et al.  Nit1 is a metabolite repair enzyme that hydrolyzes deaminated glutathione. PNAS (2017) Doi: 10.1073/pnas.1613736114


Dernière mise à jour : 25/4/2017 - Version imprimable -  © 2017 WELBIO

Accueil Identification