Identification de biomarqueurs de sensibilité aux nouveaux médicaments anti-CDK4 dans le cancer du sein
14/06/2017

Nouvelle avancée dans le traitement du cancer du sein. L’équipe des Professeurs Raspé et Roger, chercheurs WELBIO à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire en Biologie Humaine et Moléculaire (IRIBHM) de l’ULB, en collaboration avec l’Institut Bordet a identifié une modification de la CDK4 comme étant le biomarqueur le plus pertinent de prédiction de réponse au palbociclib. Les résultats de cette étude ont été publiés dans EMBO Molecular Medicine.

Le cancer du sein, principal cancer chez la femme (11000 nouveaux cas et 2500 décès par an en Belgique) est souvent traité par hormonothérapie. Il est lié entre autres à une perte de contrôle du cycle cellulaire, processus à la base de la multiplication des cellules. Le palbociclib, le premier inhibiteur spécifique de la CDK4 qui joue un rôle crucial dans ce contrôle, vient d’être approuvé pour traiter le cancer du sein avancé ER+ (115000€ par an de traitement).

Les outils diagnostiques développés permettront d'identifier les patientes sensibles au traitement et qui en tireront bénéfice et d'étendre son indication aux autres cancers du sein. L’équipe cherche actuellement à appliquer la même démarche à d’autres cancers sans traitement efficace.

Dans une étude apparentée soutenue par Welbio, récemment publiée dans Oncogene, l’équipe a également identifié de nouvelles kinases et de nouveaux mécanisms responsible de la phosphorylation T172 activatrice de la CDK4.

Références : Raspé E. et al., CDK4 phosphorylation status and a linked gene expression profile predict sensitivity to palbociclib, EMBO Molecular Medicine (2017), DOI 10.15252/emmm.201607084

Colleoni B et al., JNKs function as CDK4-activating kinases by phosphorylating CDK4 and p21, Oncogene (2017), doi: 10.1038/onc.2017.7


Dernière mise à jour : 14/6/2017 - Version imprimable -  © 2017 WELBIO

Accueil Identification