Identification de cellules souches cancéreuses in vivo
02/08/2012

Dans un article publié dans la revue Nature, une équipe de chercheurs dirigée par Cédric Blanpain, docteur en Médecine et docteur en Sciences Médicales, investigateur WELBIO à l'IRIBHM, Université Libre de Bruxelles, Belgique,, en collaboration avec le groupe de Benjamin Simons, Cavendish Laboratory, Université de Cambridge, UK, a démontré pour la première fois l'existence de cellules souches cancéreuses dans un modèle de croissance tumorale spontanée.

Une des questions clés dans le cancer consiste à comprendre comment une tumeur grandit. Des études récentes suggèrent que les cancers peuvent être organisés de manière hiérarchique, tout comme les tissus normaux. Dans les tumeurs les cellules souches cancéreuses se situent au sommet de la hiérarchie cellulaire.

Les cellules souches cancéreuses ont été décrites dans différents cancers humains, dont le cancer de la peau. Les cellules souches cancéreuses sont supposées soutenir la croissance tumorale, résister à la chimiothérapie et la radiothérapie et être responsables de la rechute tumorale après traitement. Jusqu'à présent, l'existence des cellules souches cancéreuses a été démontrée par leur capacité à reformer des tumeurs après leur transplantation chez des animaux immunodéficients. Ces études montrent clairement le potentiel de ces cellules tumorales dans ce protocole expérimental mais ne reflètent pas nécessairement le rôle exact joué par ces cellules tumorales dans leur environnement naturel. L'existence des cellules souches cancéreuses n'avait encore jamais été montrée dans un modèle de croissance tumorale spontanée.

Dans cette nouvelle étude, publiée dans la revue Nature, Gregory Drisessens et ses collègues ont développé un nouvel outil génétique afin d'étudier comment les tumeurs grandissent dans leur environnement naturel. Ils ont mis au point une nouvelle stratégie de traçage génétique afin de marquer, d'une manière isolée, les cellules tumorales avec un marqueur fluorescent et de suivre leur devenir ainsi que celui de leurs descendants au cours du temps. D'une manière intéressante, ils ont trouvé que dans des tumeurs bénignes, la majorité des cellules tumorales ont un potentiel de prolifération limité alors que les cellules souches cancéreuses survivent plus long temps et donnent naissance à des cellules qui vont former des pans entiers de la tumeur.

En collaboration avec le Pr. Benjamin D. Simons, les chercheurs ont développé un modèle mathématique de leur analyse clonale, qui dans les tumeurs bénignes, suggère l'existence d'une organisation hiérarchique de la tumeur avec des cellules souches tumorales et des cellules progénitrices à durée de vie plus limitée. A l'opposé, dans des tumeurs malignes, l'organisation hiérarchique change avec l'émergence d'une seule population de cellules souches cancéreuses avec un potentiel de différentiation plus limité.

En conclusion, cette étude apporte une vision nouvelle de la manière dont les tumeurs grandissent, et montre pour la première fois l'existence de cellules souches cancéreuses dans des tumeurs spontanées.

Driessens et al, Defining the mode of tumour growth by clonal analysis. Nature 2012, DOI: 10.1038/nature11344


Dernière mise à jour : 23/5/2014 - Vie privée - Version imprimable -  © 2019 WELBIO

Accueil Identification