Course aux armements moléculaires entre trypanosomes Africains et l'Homme
30/06/2014

Dans une revue publiée dans Nature Reviews Microbiology, le Professeur Etienne Pays, investigateur WELBIO à l’IBMM, Université Libre de Bruxelles,  et collègues présentent un résumé des connaissances actuelles sur les relations particulières entre l'homme et le parasite Africain Trypanosoma, responsable de la maladie du sommeil.

L'importance de ce parasite pour l'évolution de l'espèce humaine, née en Afrique, est illustrée par les faits suivants, que le laboratoire d’Etienne Pays a largement contribué à découvrir et caractériser au niveau moléculaire:

1. Les ancêtres de l'homme ont élaboré un système sophistiqué d'immunité particulière contre ce pathogène, impliquant une protéine appelée APOL1;

2. Deux clones de trypanosomes ont réussi à éviter cette immunité par des mécanismes différents, et infectent donc l'homme en causant la maladie du sommeil;

3. En Afrique de l'Ouest, l'homme a muté le gène de l'APOL1 pour résister à un de ces deux clones, mais ces mutations de l'APOL1 sont associées à une maladie des reins.

Ces recherches ont révélé à quel point il était vital pour l'homme, lors de son apparition en Afrique, de résister au parasite local. De plus, ces découvertes ont généré des perspectives nouvelles de lutte contre les trypanosomes, et (peut-être surtout) la caractérisation de l'APOL1, et plus généralement de la famille des APOLs, révèle de plus en plus le rôle de ces protéines dans différentes maladies telle que la nécrose rénale.

Pays et al. The molecular arms race between African trypanosomes and humans.  Nat Rev Microbiol. 2014. doi: 10.1038/nrmicro3298.


Dernière mise à jour : 8/11/2016 - Vie privée - Version imprimable -  © 2019 WELBIO

Accueil Identification