Diabète de type 1

Un long ARN non codant régule l’inflammation des cellules beta du pancréas

Une étude publiée dans PNAS



Les mécanismes qui conduisent au déclenchement ou à l’amplification de l’autoimmunité dans de diabète de type 1, restent à élucider. Ces lacunes dans nos connaissances empêchent de prévenir ou guérir cette maladie.

 

La grande majorité des variants génétiques associés au diabète de type 1 se situent dans les régions non codantes du génome humain. Ces variants affectent vraisemblablement l’expression ou la stabilité de longs ARN non codants (lncRNA pour long non coding RNA). Mais le rôle de ces lncRNAs dans la pathogenèse du diabète de type 1 reste à clarifier.

 

Dans cette étude, les auteurs explorent l’hypothèse selon laquelle des variants de lncRNA associés au diabète de type 1, modulent des voies de signalisation cellulaire qui modifient l’inflammation et la survie des cellules beta du pancréas. Ils décrivent un mécanisme moléculaire par lequel le lncRNA Lnc13 régule l’inflammation des cellules beta du pancréas. La compréhension du mécanisme moléculaire par lequel une mutation ponctuelle (SNP) d’un lncRNA influence la pathogenèse de cette maladie ouvre des perspectives pour le développement de nouveaux outils diagnostiques ou thérapeutiques basés sur le ciblage de lncRNA.

 

Source: PNAS

 

Référence : Gonzalez-Moro, I., Olazagoitia-Garmendia, A., Colli, M. L., Cobo-Vuilleumier, N., Postler, T. S., Marselli, L., … Santin, I. (2020). The T1D-associated lncRNA Lnc13 modulates human pancreatic β cell inflammation by allele-specific stabilization of STAT1 mRNA. Proceedings of the National Academy of Sciences. https://doi.org/10.1073/PNAS.1914353117

Share this news