Implication de la reprogrammation de la traduction par l’intermédiaire de la modification de la base flottante des ARN de transfert dans les cancers

cancer • reprogrammation protéique • ARN de transfert

Pierre Close est Chercheur qualifié FNRS et dirige le Laboratoire de Signalisation du Cancer au sein du centre de recherche GIGA (Université de Liège).

La régulation de la traduction des ARN messagers (ARNm) apparait comme un mécanisme central dans l’adaptation des cellules cancéreuses au cours du développement tumoral et en réponse aux traitements. Les cellules cancéreuses s’adaptent ainsi à un environnement hostile par un mécanisme de reprogrammation protéique (la modification du « programme » de traduction des ARN messagers en protéines).

Ce projet est consacré à la modification des ARN de transfert (ARNt) sur leur base « flottante » (la base côté 5’ de l’anti-codon). Le projet est basé sur l’hypothèse que cette modification représente un nouveau mécanisme qui permet la reprogrammation de la traduction protéique dans les cancers et soutient l’expression de protéomes spécifiques requis pour la survie des cellules cancéreuses, la formation de métastases et la résistance aux thérapies. Au cours des deux premières années, Pierre Close et son groupe ont découvert le rôle central des modifications de la base des ARNt dans la résistance des mélanomes aux thérapies ciblées, par la mise en place d’un protéome oncogénique spécifique. Ils ont démontré que cibler ce processus constitue une importante stratégie thérapeutique pour les patients souffrant de mélanome résistant.

La suite du projet permettra d’étudier la traduction dépendante de codons spécifiques lors du développement du cancer et dans le microenvironnement tumoral.

Partagez cette page